LA PROBLÉMATIQUE DES MICROALGUES DANS LES SYSTÈMES DE FILTRATION

LA PROBLÉMATIQUE DES MICROALGUES DANS LES SYSTÈMES DE FILTRATION

Pendant les mois les plus chauds, en Juillet et Août, les températures élevées et la phase de croissance des cultures augmentent la le besoin d’irrigation dans la plupart des plantations agricoles. Cependant, il est courant de rencontrer des problèmes dans les systèmes d’irrigation à cette époque, ce qui constitue un défi constant.

L’origine de ce problème réside dans la prolifération des microalgues. Ces microorganismes unicellulaires contiennent de la chlorophylle et d’autres pigments photosynthétiques leur permettant de réaliser la photosynthèse oxygénique sans différenciation en structures de racine, tige et feuilles. Elles sont très efficaces pour fixer le CO2 et convertir l’énergie solaire en biomasse. Leur métabolisme peut être autotrophe (utilisant uniquement le CO2 et la lumière solaire) ou hétérotrophe (nécessitant des sources externes de composés organiques comme source d’énergie).

Les groupes de microalgues les plus courants dans les eaux continentales sont :

  • Cyanobactéries
  • Chlorophycées
  • Cryptophytes
  • Glaucophytes
  • Euglénoïdes

 

Pendant la période mentionnée, les rivières subissent un faible niveau d’eau (étiage) exacerbé par la sécheresse actuelle. Malgré cela, la charge en composés organiques dans les rivières reste constante en raison des rejets réguliers des stations de traitement des eaux en amont. De plus, les températures optimales pour la croissance des microalgues oscillent entre 16 et 24 degrés Celsius. L’eau de ces rivières est utilisée pour l’irrigation directe ou canalisée à travers des systèmes d’irrigation, soit en la captant directement, soit en la stockant dans des bassins.

Les conditions suivantes offrent un environnement idéal pour la croissance exponentielle des microalgues :

  • Heures de soleil.
  • Augmentation de la concentration de nutriments dans les cours d’eau.
  • Hautes températures.

 

Cette croissance massive de microalgues provoque des problèmes dans tout le réseau d’irrigation, à l’exception des captages d’eau souterraine. Les premiers symptômes de ce problème se manifestent dans le système de filtration. Les filtres commencent à avoir besoin de lavages plus fréquents jusqu’à ce qu’ils se bouchent et cessent de fonctionner. Il est nécessaire de procéder à un nettoyage physique et chimique des filtres, bien que le problème réapparaisse peu de temps après leur remise en service. Ce qui est le plus préoccupant, c’est que certaines microalgues réussissent à passer à travers ces systèmes de filtration et prolifèrent dans les goutteurs, l’ampleur encore la du problème.

 Quel est le système de filtration le plus recommandé ?

Chez Lama Sistemas de Filtrado, en tant que fabricants des trois grandes familles de systèmes de filtration physique comme le tamis, le sable et les disques, nous sommes convaincus que la solution la plus efficace pour prévenir ces situations est la filtration par le sable.

Basés sur notre expérience, nous recommandons toujours à nos clients d’opter pour ce système, car c’est le seul qui filtre en profondeur. Les microalgues, qui peuvent même être dissoutes dans l’eau, adhèrent au sable (ou à l’élément filtrant contenu dans le filtre) et ne passent donc pas dans l’eau déjà filtrée.

De plus, lors du passage des solides à travers le lit, des processus de sédimentation (une sorte de décantation), l’action des forces centrifuges et des phénomènes d’adsorption physique (forces de Van der Waals et électrocinétiques) et d’interaction électrostatique se produisent.

Bien que la filtration à tamis et à disques soit efficace et plus économique pour les eaux provenant de canaux et de bassins d’irrigation, elle ne constitue pas la meilleure solution pendant les mois critiques de croissance des microalgues.

Par conséquent, chez Lama Sistemas de Filtrado, nous proposons que pour les cultures intensives à long terme, des filtres à sable soient mis en place, suivis d’une filtration à tamis ou à disques automatiques comme filtres de sécurité.

 

Nos recommandations

L’anticipation et la planification garantissent la meilleure qualité de l’eau en prévoyant la possible apparition de microalgues. Bien que l’investissement initial puisse être légèrement plus élevé, il est crucial de garder à l’esprit que le système de filtration représente seulement entre 7 et 9 % de l’investissement total de l’installation d’irrigation. Ainsi, le coût initial supplémentaire de la filtration par le sable n’est pas significatif dans l’investissement global et surtout, il prévient la réduction de la production et l’obstruction des goutteurs, ce qui impacte très négativement sur l’exploitation.

Après le moins les plus chauds et que s’achève la saison de culture, les microalgues disparaissent généralement avec la diminution des tempèratures et le problème s’oublie jusqu’à l’été suivant.

Chez Lama Sistemas de Filtrado, en particulier dans les nouvelles installations, nous conseillons de vous renseigner sur cette problématique dans des exploitations voisines et de prendre des mesures préventives avec l’installation de systèmes de filtration par le sable. En plus de garantir une meilleure qualité de l’eau, cela évitera chaque année la récurrence des problèmes liés aux microalgues.

Nos 75 années d’expérience nous confèrent la qualité d’allié technologique de nos clients car nous resolvons ce problème et les conseillons à ce sujet.